K.O.

K.o.

Hector Mathis

Buchet-Chastel

  • par (Libraire)
    9 octobre 2018

    Conseillé par Marie-Laure

    On dit que si ce texte était une musique, ce serait du jazz…
    Premier roman de ce jeune homme issu du milieu du rap. Un roman très fort, percutant autant par son sujet que par son rythme. Il faudrait presque le lire à haute voix.
    Paris est à feu et à sang (on pense bien sûr aux attentats du 13 novembre). Sitam et son amoureuse, la môme Capu, décident de quitter la ville, de fuir cette violence qui semble envahir toutes les autres capitales. Ils vont d’abord se réfugier dans la banlieue d’où est originaire Sitam et qu’il nomme la « Grisâtre ». Puis ce sera Amsterdam. Cette longue errance conduira notre jeune héros à Archibald, un clochard musicien qui fait un peu figure de sage. C’est à lui que Sitam confiera son histoire. Les mots, l’écriture, c’est ce qui va faire tenir Sitam. Une voix, une gouaille, une partition… Un roman coup de poing que nous n’avons pas hésité à mettre dans notre sélection pour le prix Coiffard.


  • par (Libraire)
    4 septembre 2018

    Puissant, engagé et incisif

    "K.O." ou le chaos d’un monde en décomposition…
    Après quelques pages déroutantes, on est totalement happé par l’écriture musicale et rythmée d’Hector Mathis.
    "K.O." est un texte puissant, engagé et incisif qui prend aux tripes.
    Un véritable uppercut !


  • par (Libraire)
    1 septembre 2018

    Percutant

    Les mots d'Hector Mathis jouent, sonnent, claquent, dansent comme des notes de jazz sorties d'une improvisation très contrôlée. La narration file et accélère comme Sitam et Capu, personnages principaux, pris dans une course-poursuite pour éviter le chaos et la violence qui secouent l'Europe. De Paris et sa banlieue à Amsterdam, Hector Mathis fait résonner de sa langue singulière notre époque contemporaine et ses soubresauts mais aussi la vie, l'amour, la jeunesse en perte d'insouciance, la musique et les charades à tiroirs ! Un étonnant et percutant premier roman.


  • par (Libraire)
    30 août 2018

    Conseillé par Stéphanie, Manon et Rémy

    Le roman s'ouvre par une rencontre.
    Sitam, jeune homme en fuite et Archibald, clochard céleste. Dans la vieille cabane au fond du parc du Château, Sitam raconte son histoire au vieux musicien malade et parfois vociférant.
    Difficile de dire cette histoire. Impossible de retranscrire le rythme nerveux de cette langue. Il faudrait vous le lire à haute voix pour que votre oreille accroche à la musicalité du texte. Il y a une urgence dans ce roman "écrit comme une partition" confie Hector Mathis. Il y a la banlieue en point de départ et point d'arrivée. Il y a du mouvement, un voyage physique et linguistique. Il y a une évocation de l'amitié, de l'entraide, de la maladie, de la mort aussi. Ce livre est un OVNI, le grand chaos d'un homme, et à travers lui le chaos d'une société qui vous mettent K.O., cela va sans dire...
    Premier roman d'un jeune homme de 24 ans, une très belle découverte que nous avons sélectionnée pour notre Prix du roman Coiffard 2019


  • par (Libraire)
    11 août 2018

    Un jeune couple quitte Paris après une série d'attentats. Ils fuient le gris, la fureur pour trouver un lieu de vie plus calme. Le narrateur Sitam a un projet de livre et doit trouver l'endroit propice à l'écriture. Entre Paris, une ville de banlieue et Amsterdam ils vivent, fuient la violence des hommes et cherchent simplement la paix. Après un diagnostic médical, Sitam part seul. C'est cette histoire qu'il raconte au vieil Archibald qui l'écoute d'une oreille entre 2 quintes de toux et finira par lui donner le seul conseil valable : retrouver la môme Capu sa fiancée et écrire son livre.
    Hector Mathis est une nouvelle voix, il a un style très oral avec des fulgurances poétiques, des charades à tiroirs inventées par Victor Hugo et des phrases dignes de Michel Audiard ou d'Antoine Blondin telles que "L'ivresse c'est un voyage, sinon c'est de l'alcoolisme". Une découverte!
    Valérie