Conseils de lecture

Les Simples
22,00
par (Libraire)
19 août 2019

Le pouvoir des plantes

Le pouvoir guérisseur des herbes et des simples serait-il menacé, en danger ? Quels savoirs, quels intrigues et quelles révélations se nichent au cœur de ce couvent provençal en cette fin de XVIe siècle ? Avec talent et force détails, Yannick Grannec déploie un roman riche d'histoires et de rebondissements. Le pouvoir et l'argent suscitent envies, colères, mensonges et ruses au cœur des communautés religieuses présentes. L'indépendance des moniales ne fait pas l'unanimité et la convoitise semble tout régenter. L'âme humaine n'est jamais ou rarement aussi simple qu'elle n'y paraît et se perd plus sûrement à comploter et à manipuler.


Murène
21,80
par (Libraire)
17 août 2019

Métamorphose

Portée par une énergie et un enthousiasme sans faille, si caractéristiques de son style et de sa narration, Valentine Goby nous fait découvrir, dans la France des années cinquante, le destin et la vie de François qui va accidentellement devenir manchot à l'âge de 23 ans. Comment vivre au quotidien avec un tel handicap ? Quel avenir peut-on espérer ? Surpassant autant que possible ses douleurs et ses difficultés, François fait preuve d'un courage, d'une volonté et d'une ingéniosité sans faille, réinvente chaque geste et se métamorphose à travers la natation handisport naissante. Valentine Goby poursuit de façon sensible, touchante, détaillée et documentée son beau travail romanesque autour des corps meurtris qui se relèvent par force de volonté et d'espérance.


Soir de fête
18,00
par (Libraire)
17 août 2019

Viol en ruralité

Roman enquête, roman familial, roman social, « Soir de fête » explore une troublante coïncidence de faits déroulés le dimanche 27 août 1922 dans un petit village beauceron, jour du bal annuel. Les jeunes gens attendent et s'y préparent, se réjouissent d'avance. Neuf mois après, le grand-père de l'auteur naît de père inconnu. La situation est identique dans trois autres familles. Les filles ne disent rien., elles ne savent pas ou plus, redoutent la honte autant que le silence. Pères et mères décident pour elles et leurs enfants. À presque un siècle d'intervalle, les deux journalistes s'interrogent et interrogent les relations non consenties, la faiblesse des unes, la vantardise et la force des autres. Que signifie le terme « viol », quelle différence entre la société rurale de 1922 et celle d'aujourd'hui ? Quels avancements déployés ? À quel moment entendra-t-on la parole de la jeune fille et celle de la femme violentées ? À qui accorder sa confiance ? Comment aimer ? Le regard de la société et l'opprobre ont-ils évolué ?


LE DERNIER GRENADIER DU MONDE
22,00
par (Libraire)
17 août 2019

Par les chemins

Construit comme un conte oriental empruntant à l'esprit narratif des "Mille et une nuits" où le fabuleux fait irruption dans le réel et le réel rencontre le fabuleux, ce roman invite dans l'histoire d'un homme qui après 21 années d'emprisonnement dans le désert, part à la recherche de son fils Saryas qu'il n'a jamais connu. Une quête de paternité qui le conduira sur les chemins inattendus, sinueux et tortueux de la beauté, de l'amour, de la douleur, de la violence et de la perte, de la vie et de la mort. Cette magnifique et envoûtante aventure est aussi un cri d'espoir et de colère, un chant de vie et d'amour qui dénonce et s'oppose de toute sa force narrative aux violences des guerres qui anéantissent les fils au nom des pères.
D'une prose prodigieuse qui cisèle en arabesque une narration ensorcelante, Bakhtiar Ali parle au plus près de notre monde et de notre époque en embarquant au long cours le lecteur dans un conte pourtant intemporel. On ne peut qu'inviter le lecteur à se laisser entraîner et à partir sans attendre dans ce voyage littéraire surprenant et envoûtant, à l'imagination féconde où la vie, la mort, l'homme, la terre, la nature, la violence, la douleur, l'espoir, l'espérance, la liberté, le pouvoir et la violence égrainent le chemin d'une réflexion profonde et pénétrante, fécondée par « la terre de la réalité et le ciel des contes », ensemencée par « le royaume de la vérité et le royaume de l'imagination ». Première traduction en français d'un auteur majeur de la langue kurde sorani.


Virginia
19,90
par (Libraire)
17 août 2019

Focales

Que peut-on encore voir et découvrir depuis aujourd'hui de l'enfance et de l'adolescence de celle qui deviendra plus tard Virginia Woolf ? Pour l'heure, elle est dans la fratrie, dans la « couvée » des sept enfants d'une famille recomposée, intellectuelle et bourgeoise de l'Angleterre victorienne de la fin du XIXe siècle. Elle est Ginia enfant, elle est Miss Jan adolescente. Ce sont ses années de jeunesse que patiemment, minutieusement, précisément, Emmanuelle Favier nous fait découvrir avec beaucoup de subtilité, variant les focales en approchant le personnage et ses sentiments de très près, en élargissant le champ à ses relations familiales, en ouvrant l'angle à l'époque victorienne et au contexte du siècle. Au-delà même de Virginia, de ce qu'elle vit de singulier et de ce qu'elle sera d'unique, c'est un magnifique portrait de l'enfance et de l'adolescence, un tableau familial qu'elle peint de sa prose poétique et touchante et de son point de vue narratif original, fécond et pénétrant.