Rentrée littéraire : nos lecteurs ont aimé !

Rentrée littéraire : nos lecteurs ont aimé !

Les lecteurs de la buissonnière partagent leurs lectures et leurs découvertes des romans de la rentrée littéraire. Découvrez-les !

Mistral perdu ou les événements
17,00

Le livre parle de l'enfance, de l'adolescence, de l'âge adulte.
"Mistral perdu" c'est l'histoire de deux sœurs et des souvenirs d'enfance.
Ça parle de nostalgie, d'un temps perdu qui ne reviendra jamais. Même Renaud (le chanteur) est de la partie.
Chaque mot utilisé par la narratrice est juste, bien trouvé. Le lecteur sera fier de partager ses sentiments tout au long du roman. Le lecteur peut suivre aussi l'histoire politique de la France des années 1980.
J'ai versé quelques larmes à la fin. Laure Boné.


La Fille à la voiture rouge, roman
19,00

Mais qui est vraiment Emma Parker ? Dynamique, jeune et mythomane, tout simplement une fille de son âge, jeune, belle et amoureuse d'un écrivain trentenaire. Ce livre, c'est l'histoire d'un amour, mais d'un amour raté. Ces deux-là ont toujours réussi à se dire combien ils s'aimaient et pourtant ! Jamais l'écrivain ne renoncera à l'aimer, parfois naïvement. Une écriture subtile qui ne vous laissera pas indifférent. Un tourbillon d'amour. Emmanuel Corblin.


Jeu blanc
20,90

Saul Indian Horse doit raconter son histoire, celle de ces indiens du Canada dont l’identité a été « violée ».
Il doit se raconter pour sauver son âme, mais aussi, le lecteur le comprend, pour sauver l’âme du Canada.
Séparé des siens, comme bien d’autres enfants de la tribu des ojibwé, il est « éduqué » dans un pensionnat qui broie son identité première.
L’enfant trouve son salut dans ses prédispositions exceptionnelles pour le hockey sur glace qui lui permettent de s’évader. Mais l’adulte doit faire face à ses fantômes…
Ce livre d’un indigène a été un véritable coup de poing pour la société canadienne.
Guillaume Houdan


Parmi les miens
18,00

Si durant votre enfance vous avez ressenti l’absence, le silence, l’indifférence, le tabou;
si la violence, l’euthanasie, le suicide, la fin de vie ont déjà frappé à votre porte;
si vous avez vécu heures, jours... années ! auprès d’un être aimé in-communicant,
vous lirez « Parmi les miens » comme moi, d’une traite.
Enroulez vous d’un plaid pour garder votre cœur au chaud.
Un texte actuel, efficace, parfois abrupt, terriblement humain, sur les liens familiaux, le manque, le détachement, la vie, l’espoir, la mort : mais quand mourir et de quoi ? et par qui ?
L’intensité croît au fil des pages, jusqu’au parfum final.
Isabelle Deliancourt.


Je suis ici pour vaincre la nuit, Yo Laur 1879-1944

Yo Laur 1879-1944

Fleuve éditions

19,90

Marie Charrel, fascinée toute petite par la peinture d’une grande tante disparue et voilée de mystère, décide d’enquêter et d’imaginer la vie de Yo Laur, peintre peu connue. En retraçant les chemins de son aïeule à travers Paris, Alger, Ravensbrück dans les années sombres des deux guerres, l’auteure ne va pas seulement réifier ce personnage, mais elle va aussi à la rencontre d’une grande dame et d’elle-même. Sophie Legrand.