Le Collier de la reine et autres nouvelles, et autres nouvelles
EAN13
9782253082682
ISBN
978-2-253-08268-2
Éditeur
Le Livre de poche
Date de publication
Collection
LIBRETTI (31590)
Nombre de pages
122
Dimensions
17 x 11 x 0 cm
Poids
82 g
Langue
français
Code dewey
849
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Collier de la reine et autres nouvelles

et autres nouvelles

De

Le Livre de poche

Libretti

Offres

Autre version disponible

Le collier de la reine1?>Deux ou trois fois par an, à l'occasion de solennités importantes, comme les bals de l'ambassade d'Autriche ou les soirées de Lady Billingstone, la comtesse de Dreux-Soubise mettait sur ses blanches épaules le « Collier de la Reine ».C'était bien le fameux collier, le collier légendaire que Bohmer et Bassenge, joailliers de la Couronne, destinaient à la du Barry2, que le cardinal de Rohan Soubise crut offrir à Marie-Antoinette3, reine de France, et que l'aventurière Jeanne de Valois, comtesse de La Motte, dépeça un soir de février 1785, avec l'aide de son mari et de leur complice Rétaux de Villette.Pour dire vrai, la monture seule était authentique. Rétaux de Villette l'avait conservée, tandis que le sieur de la Motte et sa femme dispersaient aux quatre vents les pierres brutalement desserties, les admirables pierres si soigneusement choisies par Bohmer. Plus tard, en Italie, il la vendit à Gaston de Dreux-Soubise, neveu et héritier du cardinal, sauvé par lui de la ruine lors de la retentissante banqueroute de Rohan-Guéménée, et qui, en souvenir de son oncle, racheta les quelques diamants qui restaient en la possession du bijoutier anglais Jefferys, les compléta avec d'autres de valeur beaucoup moindre, mais de même dimension, et parvint à reconstituer le merveilleux « collier en esclavage4 », tel qu'il était sorti des mains de Bohmer et Bassenge.De ce bijou historique, pendant près d'un siècle, les Dreux-Soubise s'enorgueillirent. Bien que diverses circonstances eussent notablement diminué leur fortune, ils aimèrent mieux réduire leur train de maison5 que d'aliéner6 la royale et précieuse relique. En particulier le comte actuel y tenait comme on tient à la demeure de ses pères. Par prudence, il avait loué un coffre au Crédit Lyonnais pour l'y déposer. Il allait l'y chercher lui-même l'après-midi du jour où sa femme voulait s'en parer, et l'y reportait lui-même le lendemain.Ce soir-là, à la réception du Palais de Castille — l'aventure remonte au début du siècle —, la comtesse eut un véritable succès, et le roi Christian, en l'honneur de qui la fête était donnée, remarqua sa beauté magnifique. Les pierreries ruisselaient autour du cou gracieux. Les mille facettes des diamants brillaient et scintillaient comme des flammes à la clarté des lumières. Nulle autre qu'elle, semblait-il, n'eût pu porter avec tant d'aisance et de noblesse le fardeau d'une telle parure.Ce fut un double triomphe, que le comte de Dreux goûta profondément, et dont il s'applaudit, quand ils furent rentrés dans la chambre de leur vieil hôtel7 du faubourg Saint-Germain. Il était fier de sa femme et tout autant peut-être du bijou qui illustrait sa maison depuis quatre générations. Et sa femme en tirait une vanité un peu puérile, mais qui était bien la marque de son caractère altier.Non sans regret, elle détacha le collier de ses épaules et le tendit à son mari qui l'examina avec admiration, comme s'il ne le connaissait point. Puis, l'ayant remis dans son écrin de cuir rouge aux armes du Cardinal, il passa dans un cabinet voisin, sorte d'alcôve plutôt, que l'on avait complètement isolée de la chambre, et dont l'unique entrée se trouvait au pied de leur lit. Comme les autres fois, il le dissimula sur une planche assez élevée, parmi des cartons à chapeau et des piles de linge. Il referma la porte et se dévêtit.Au matin, il se leva vers neuf heures, avec l'intention d'aller, avant le déjeuner, jusqu'au Crédit Lyonnais. Il s'habilla, but une tasse de café et descendit aux écuries. Là, il donna des ordres. Un des chevaux l'inquiétait. Il le fit marcher et trotter devant lui dans la cour. Puis il retourna près de sa femme.Elle n'avait point quitté la chambre, et se coiffait, aidée de sa bonne. Elle lui dit :« Vous sortez ?— Oui... pour cette course...— Ah ! en effet... c'est plus prudent... »Il pénétra dans le cabinet. Mais, au bout de quelques secondes, il demanda, sans le moindre étonnement d'ailleurs :« Vous l'avez pris, chère amie ? »Elle répliqua :« Comment ? mais non, je n'ai rien pris.— Vous l'avez dérangé.— Pas du tout... je n'ai même pas ouvert cette porte. »Il apparut, décomposé, et il balbutia, la voix à peine intelligible :« Vous n'avez pas ?... Ce n'est pas vous ?... Alors... »Elle accourut, et ils cherchèrent fiévreusement, jetant les cartons à terre et démolissant les piles de linge. Et le comte répétait :« Inutile... tout ce que nous faisons est inutile... C'est ici, là, sur cette planche, que je l'ai mis.— Vous avez pu vous tromper.— C'est ici, là, sur cette planche, et pas sur une autre. »Ils allumèrent une bougie, car la pièce était assez obscure et ils enlevèrent tout le linge et tous les objets qui l'encombraient. Et quand il n'y eut plus rien dans le cabinet, ils durent s'avouer avec désespoir que le fameux collier, le « Collier en esclavage de la Reine », avait disparu.De nature résolue, la comtesse, sans perdre de temps en vaines lamentations, fit prévenir le commissaire, M. Valorbe, dont ils avaient eu déjà l'occasion d'apprécier l'esprit sagace et la clairvoyance. On le mit au courant par le détail, et tout de suite il demanda :« Êtes-vous sûr, monsieur le comte, que personne n'a pu traverser la nuit votre chambre ?— Absolument sûr. J'ai le sommeil très léger. Mieux encore : la porte de cette chambre était fermée au verrou. J'ai dû le tirer ce matin quand ma femme a sonné la bonne.— Et il n'existe pas d'autre passage qui permette de s'introduire dans le cabinet ?— Aucun.— Pas de fenêtre ?— Si, mais elle est condamnée.— Je désirerais m'en rendre compte... »On alluma des bougies, et aussitôt M. Valorbe fit remarquer que la fenêtre n'était condamnée qu'à mi-hauteur, par un bahut, lequel, en outre, ne touchait pas exactement aux croisées.« Il y touche suffisamment, répliqua M. de Dreux, pour qu'il soit impossible de le déplacer sans faire beaucoup de bruit.— Et sur quoi donne cette fenêtre ?— Sur une courette intérieure.— Et vous avez encore un étage au-dessus de celui-là ?— Deux, mais au niveau de celui des domestiques, la courette est protégée par une grille à petites mailles. C'est pourquoi nous avons si peu de jour. »D'ailleurs, quand on eut écarté le bahut, on constata que la fenêtre était close, ce qui n'aurait pas été, si quelqu'un avait pénétré du dehors.« À moins, observa le comte, que ce quelqu'un ne soit sorti par notre chambre.— Auquel cas, vous n'auriez pas trouvé le verrou de cette chambre poussé. »Le commissaire réfléchit un instant, puis se tournant vers la comtesse :« Savait-on dans votre entourage, madame, que vous deviez porter ce collier hier soir ?— Certes, je ne m'en suis pas cachée. Mais personne ne savait que nous l'enfermions dans ce cabinet.— Personne ?— Personne... À moins que...— Je vous en prie, madame, précisez. C'est là un point des plus importants. »Elle dit à son mari :« Je songeais à Henriette.— Henriette ? Elle ignore ce détail comme les autres.— En es-tu certain ?— Quelle est cette dame ? interrogea M. Valorbe.— Une amie de couvent, qui s'est fâchée avec sa famille pour épouser une sorte d'ouvrier. À la mort de son mari, je l'ai recueillie avec son fils et leur ai meublé un appartement dans cet hôtel. »Et elle ajouta avec embarras :« Elle me rend quelques services. Elle est très adroite de ses mains.— À quel étage habite-t-elle ?— Au nôtre, pas loin du reste... à l'extrémité de ce couloir... Et même, j'y pense... la fenêtre de sa cuisine...— Ouvre sur cette courette, n'est-ce pas ?— Oui, juste en face de la nôtre. »Un léger silence suivit cette déclaration.Puis M. Valorbe demanda qu'on le conduisît auprès d'Henriette.Ils la trouvèrent en train de coudre, tandis que son fils Raoul, un bambin de six à sept ans, lisait à ses côtés. Assez étonné de voir le misérable appartement qu'on avait meublé pour elle, et qui se composait au total d'une pièce sans cheminée et d'un réduit servant de cuisine, le commissaire la questionna. Elle parut bouleversée en apprenant le vol commis. La veille au soir, elle avait elle-même habillé la comtesse et fixé le collier autour de son cou.« Seigneur Dieu ! s'écria-t-elle, qui m'aurait jamais dit ?— Et vous n'avez aucune idée ? pas le moindre doute ? Il est possible ...
S'identifier pour envoyer des commentaires.