La Grande Pâque, Déambulation
EAN13
9782913904002
ISBN
978-2-913904-00-2
Éditeur
Chambre d'échos
Date de publication
Collection
E la nave va
Nombre de pages
96
Dimensions
20 x 13,5 x 3 cm
Poids
2247 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Grande Pâque

Déambulation

De

Chambre d'échos

E la nave va

Indisponible
La grande Pâque

Paris 1960, du vendredi au lundi de Pâques. Jacques Besse, sans logis, le ventre vide, déambule, passant et repassant par Singe-des-Près, le cœur de la ville. Marcheur halluciné, insomniaque et fragile, il sillonne les rues et nous entraîne sur un rythme cassé, heurté. Acteur et spectateur de ce parcours que ses « fiancées » viennent hanter, il est comme ivre de son texte à mesure qu’il le vit, sa faim nous tenaille, vraie faim d’amour et de reconnaissance. Mais dure et âpre est la ville, sur laquelle plane l’ombre de la guerre d’Algérie. 

Le pont se traverse c’est du vent, du joli vent d’avril qui démolit les mendiants.

La Grande Pâque est intemporelle. C’est encore aujourd’hui une partition inspirée, chantée d’une belle voix étrange, éraillée par la vie.

Jacques Besse

Photo : Jacques Baratier et Jacques Besse et Jacques Baratier à La Borde

Jacques Besse est né en 1921. Études secondaires brillantes, hypokhâgne. Il s’enfuit de chez lui pendant la guerre pour se cacher avec sa future femme. À la Libération on le retrouve à Paris, compositeur. Il signe quelques musiques de films (Dédée d’Anvers, d’Yves Allégret, Van Gogh, d’Alain Resnais) et pour le théâtre (Les Mouches). Au retour d’un voyage seul, à pied, jusqu’en Algérie en 1950, sa vie bascule. Hôpitaux psychiatriques, prison, dérives éthyliques. Gravement blessé au cours d’une rixe, invalide, il fait un long séjour à l’hôpital, puis à la clinique de La Borde où il ne cessera de revenir et restera de 1985 à sa mort, en juin 99. Son œuvre musicale est presque entièrement perdue.

« Ne cherchez pas la maladie derrière les mots mais le poète »

Jacques Besse
S'identifier pour envoyer des commentaires.