Les évaporés
EAN13
9782081307056
ISBN
978-2-08-130705-6
Éditeur
Flammarion
Date de publication
Collection
Littérature française
Dimensions
21 x 13 x 2 cm
Poids
312 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier
Indisponible

Ce livre est en stock chez 2 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander

Autre version disponible

Ici, lorsque quelqu'un disparaît, on dit simplement qu'il s'est évaporé, personne ne le recherche, ni la police parce qu'il n'y a pas de crime, ni la famille parce qu'elle est déshonorée. Partir sans donner d'explication, c'est précisément ce que Kaze a fait cette nuit-là. Comment peut-on s'évaporer si facilement? Et pour quelles raisons? C'est ce qu'aimerait comprendre Richard B. en accompagnant Yukiko au Japon pour retrouver son père, Kaze. Pour cette femme qu'il aime encore, il mènera l'enquête dans un Japon parallèle, celui du quartier des travailleurs pauvres de San'ya à Tokyo et des camps de réfugiés autour de Sendai. Mais, au fait: pourquoi rechercher celui qui a voulu disparaître?

"Les évaporés" se lit à la fois comme un roman policier, une quête existentielle et un roman d'amour. D'une façon sensible et poétique, il nous parle du Japon contemporain, de Fukushima et des Yakuzas, mais aussi du mystère que l'on est les uns pour les autres, du chagrin amoureux et de notre désir, parfois, de prendre la fuite.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

24 mars 2014

Japon

Ça démarrait bien, pourtant, avec un des personnages ressemblant à Richard Brautigan, un de mes auteurs préférés. Mais le récit peine à se mettre en place et je n'ai lu le Japon qu'en milieu de roman. Alors bien sûr, ce ...

Lire la suite

8 octobre 2013

Partir sans laisser d'adresse

« Les évaporés » n’est pas seulement un beau titre de roman. Au Japon, il désigne ceux ou celles qui décident, un jour, de partir sans laisser d’adresse. Il y a peu d’espoir de les retrouver puisque la famille, pour ...

Lire la suite

20 septembre 2013

Une dernière lettre pour son épouse et une fuite dans la nuit...Kaze a décidé de devenir un de ces "johatsu" qui disparaissent sans laisser de traces, qui s'évaporent tout simplement. Au Japon, le fait n'est pas rare et les familles, ...

Lire la suite

par (Libraire)
18 septembre 2013

Tout en subtilité

Ce "roman japonais" d'une grande sensibilité est chargé d'une belle poésie. Tout en subtilité et avec une écriture très élégante, sur fond de post-Fukushima entre polar et délicatesse amoureuse, Les évaporés donnent place aux johatsu, ces personnes qui, au Japon, ...

Lire la suite

8 septembre 2013

Au japon lorsqu’une personne disparaît, elle rejoint le rang des "johatsu" c’est-à dire des évaporés. Personne ne cherche à savoir ce qui pu pousser la personne à partir ou ce qu’elle est devenue. Un halo de mystère et de respect ...

Lire la suite

Julien Laparade, libraire chez Dialogues, nous propose ses coups de cœur de la rentrée, à savoir : Les chaussures italiennes de Henning Mankell, Les évaporés de Thomas B. Reverdy et Il pleuvait des oiseaux de Jocelyn Saucier.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Thomas B. Reverdy