Florence R.

Sabine Wespieser Éditeur

22,00
par (Libraire)
21 septembre 2022

Des vies

Les mémoires de Gabriel Byrne qu'il livre ici sans apprêt, sont à l'image du comédien, dignes et émouvantes.
Avec tact et pudeur, il se raconte : de son enfance aimée de l'après-guerre à Dublin, à ses quatre années de prêtrise qui le marqueront à jamais - et dont il réussira malgré tout à s'extraire. Ces quatre années rudes et violentes seront le point de rupture mais aussi le point de départ d’une autre vie - la sienne, en tant qu'adulte. Le chemin sera chaotique, bien au-delà de la reconnaissance et de la notoriété. Gabriel Byrne étant l'antithèse de la star imbuvable et narcissique.
Voilà donc le portrait sans fard d'un homme imparfait et ô combien talentueux. Alors comment ne pas succomber ?

Le Rouergue

21,50
par (Libraire)
20 septembre 2022

Féroce

Lui c'est Darwyne, un enfant de 10 ans, fragile et taiseux. Élevée par sa mère, Yolanda, dans une cahute précaire à la lisière de la forêt, il semble bien isolé. Marqué par la brutalité de son précédent beau-père, Darwyne est en adoration devant sa mère. Une mère dont les apparences laissent à penser, services sociaux inclus, qu'elle est une mère dévouée et aimante. Pourtant, lorsque Mathurine, assistante sociale assez atypique, s'intéresse de près à ce jeune garçon, elle se rend progressivement compte de la méprise..
Féroce. Tel est le premier mot qui vient à l'esprit en refermant ce livre. La mère l'est, au-delà du possible. Les beaux-pères brutaux et frustes ne sont que les pantins de cette femme. Alors Darwyne évolue dans ce milieu hostile avec pour seule échappée : la forêt. Tel l'enfant des bois, il se révélera bien moins fragile qu'il n'y paraît.
Un très bon roman noir empruntant aux mythes et légendes amazoniennes. Cette forêt tentaculaire et inquiétante devient un personnage à part entière tant elle s'empare du récit jusqu'à supplanter tout le reste.
Un roman qui se lit d'une traite, happé que nous sommes par cette ambiance étrange et dérangeante, dont l'issue semble inéluctable et...libératrice.

Anthony Passeron

Globe

20,00
par (Libraire)
19 septembre 2022

Pour ne pas oublier

De son oncle Désiré, Anthony Passeron ne sait pas grand chose. Quelques bribes de-ci de-là et puis ce silence assourdissant d'un passé volontairement tu par chaque membre de la famille. "Chacun à sa manière a confisqué la vérité", partant de ce constat, Anthony Passeron décide d'écrire ce livre. Pour que l'histoire familiale ne sombre pas dans l'oubli voire le déni. Pour témoigner de l'infinie solitude dans laquelle sa famille s'est retrouvée face à une maladie dont on ne savait rien.
Anthony Passeron juxtapose à ce récit intime, un récit objectif, documenté relatant le sinueux et difficile processus d'identification de la maladie par les chercheurs, et les avancées scientifiques.
Ce parallèle ne faisant que renforcer l'extrême solitude et l'impuissance dans lesquelles sa famille - ses familles se sont trouvées. Un récit grave, à double portée : informer, dresser un état des lieux d'une époque, de la survenue du virus et rendre hommage à la dignité de ses proches...
Un texte fort, et bouleversant.

par (Libraire)
19 septembre 2022

A l'aventure

Jeanne s'en va, un peu comme ça et pas n'importe où : au Brésil.
Alors s'il faut lui trouver un prétexte un brin fallacieux ce sera pour retrouver un homme, un indien d'Amazonie, "son indien" aperçu dans un reportage à la télévision l'autre soir.
Et nous voilà embarqué dans ce curieux road movie en compagnie de cette drôle de femme, hantée par Claude Levi-Strauss et "Tristes Tropiques". Ce sera le fil rouge de ce curieux livre, dans lequel notre héroïne s'aventure vers de nouvelles contrées en ayant de cesse de se référer au grand Levi-Strauss. Et ce ne sera jamais monotone tant l'auteur joue de digressions fantaisistes (l'allusion répétée au personnage fictif de Bob Saint-Clar donne le ton) et de situations loufoques.
L'air de rien notre héroïne va en parcourir du chemin, et nous avec. Tendre et poétique, ce Tropicale tristesse vaut le détour.

Sylvain CHANTAL

Le Dilettante

18,00
par (Libraire)
7 septembre 2022

Un certain panache

Le narrateur, écrivain de son état vit chichement sur une pénichette à deux pas de la gare de Nantes. Un peu désabusé, et surtout fort drôle, notre bonhomme va s'intéresser de près à la vie de son arrière-grand-oncle, Francesco de Martini, au point d'en dresser un portrait haut en couleurs. Un homme curieux sans nul doute, un brin casse-cou, qui aime bien bourlinguer. L'occasion pour le narrateur de raconter sa famille et de nous présenter sa grand-mère, autre personnage incroyable, doté d'un sacré tempérament.
Un roman pas banal, tendre et sans esbroufe, tant l'auteur s'amuse de digressions en tout genre, parfois triviales, souvent truculentes. Et c'est vrai qu'on aurait bien volontiers goûté, nous aussi, au "rôti-patates" de feu sa grand-mère. A bon entendeur..