Manuel H.

À la ligne, Feuillets d'usine

Feuillets d'usine

La Table Ronde

18,00
par (Libraire)
20 avril 2019

Beau travail !

Avec un choix stylistique osé, assumé et formidablement mené, avec de pertinents et joyeux renvois à la ligne, Joseph Ponthus souligne et surligne, met en relief et remet entre les lignes sa vie d'ouvrier de l'industrie agroalimentaire, accroché et suspendu à sa ligne de production. Un récit rude, raide, sans concession, en colère et en poésie, ça tranche et ça découpe et ça décape et ça remue comme un coup de pied au cul ! Point, à la ligne !

KIRUNA

Contre-Allée

12,00
par (Libraire)
20 avril 2019

Plein Nord !

S'inscrivant dans la belle tradition des écrivains se confrontant au réel, Maylis de Kerangal invite le lecteur à la suivre en Laponie à la rencontre de la mine et des mineurs de Kiruna, un reportage littéraire en profondeur, riche, surprenant et passionnant porté par un style toujours aussi enthousiasmant !

Partiellement nuageux
16,00
par (Libraire)
20 avril 2019

Delicatesses

Antoine Choplin est l'auteur de toutes les délicatesses. Délicatesse du style, du regard et de l'attention qu'il porte et pose sur ses personnages, sans doute parce que malmenés par l'Histoire et ses violences, ici celles de la dictature au Chili, ils ont souffert et souffrent encore, la démocratie rétablie, de la perte et de l'absence. Être délicat, c'est sortir de la brusquerie, autoriser la rencontre improbable, inattendue, inouïe entre deux êtres, c'est ouvrir des émotions contenues, reconnaître le passé douloureux sans compromettre l'avenir ni le désir. Une telle délicatesse romanesque enveloppe ces personnages et leur histoire, belle et touchante.

Le loup,  une histoire culturelle

une histoire culturelle

Le Seuil

19,90
par (Libraire)
19 novembre 2018

Loup, y es-tu ?

Michel Pastoureau et les éditions du Seuil inaugurent avec le loup une très prometteuse série d'ouvrages sur l'histoire culturelle du bestiaire central européen. Agréablement composé, cet alléchant premier opus déroule l'histoire de nos représentations d'une incontournable figure animale. Passionnant.

Le titre vibre sur une couverture sobre et élégante. L'ouvrage attire immédiatement l'œil. Cela est bien normal car entre l'homme et le loup, il sera question de regards. Celui que Michel Pastoureau propose au lecteur est riche et passionnant. Dans une prose limpide, l'historien déroule la longue frise culturelle qui s'est développée en Europe au cours des siècles autour de la figure du loup. Ces constructions des imaginaires se déploient dans divers formes de récits (fables, contes, romans, traditions et expressions orales, etc.) et par des représentations de toute nature (sculpture, tableaux, miniatures, dessins, etc.) : elles sont les fruits d'époques elles-mêmes soumises à de multiples enjeux historiques, religieux, économiques, écologiques et sociaux. Elles reflètent au final les relations symboliques, toujours riches de leurs contradictions et de leurs ambiguïtés, que nous entretenons avec l'animal et l'animalité.
Une segmentation en douze temps forts éclaire cette histoire des imaginaires du loup. Ce chapitrage rehaussé d'une profitable iconographie donne à comprendre les basculements successifs des différentes représentations qui se succèdent, l'une supplantant la précédente sans jamais la dissoudre complètement. De là surgit la compréhension des relations complexes, souvent tiraillées et contradictoires, que nous entretenons avec la figure du loup. Animal solaire dans les mythologies anciennes, la louve nourricière est la figure tutélaire de Rome sans pour autant y être systématiquement valorisée. Trouvant une place de choix dans le bestiaire du Diable chrétien, la figure du loup est souvent terrassée par les Saints avant d'être ridiculisée et moquée au Moyen Âge sous les traits d'Ysengrin dans le fondateur "Roman de Renart". N'a-t-on alors plus peur du loup à cette époque ou conjure-t-on encore la peur qu'il inspire par le rire ? Figure incontournable et protéiforme des fables et des contes, figure de terreur à l'époque de la bête du Gévaudan, l'image du loup sera retournée au XXe siècle par celle du retour de la louve nourricière dans certaines œuvres pour la jeunesse.
En creusant les imaginaires suscités par le loup, Michel Pastoureau révèle une histoire des hommes et des sociétés, en dévoile les complexités, donne les clés intelligibles des antagonismes contemporains, sortant par le haut de la culture les trop souvent stériles débats contemporains de la relation de l'homme au loup et du loup à l'homme. Faisant œuvre d'historien accessible à tous, il réjouit d'intelligence et de plaisir toutes celles et ceux qui ont une faim (de loup !) de savoirs et de connaissances, offrant par là même le plus beau des cadeaux.

Frère d'âme
17,00
par (Libraire)
1 septembre 2018

Chant

Dans une langue précise, contée, lancinante, récitée comme une fable, David Diop glisse le lecteur dans la tête d'Alfa, tirailleur sénégalais de la Grande Guerre, traumatisé par la mort de son compagnon de combat, son frère de village, son frère d'âme. S'ouvre alors son récit, celui de son enfance villageoise, celui du choc de la guerre et des combats, celui permanent de la culpabilité face à la mort de son ami. C'est un roman dense et intense sur la guerre et ses violences porté par une belle voix romanesque, ciselée et inventive.