Manuel H.

Sombre dimanche
19,00
par (Libraire)
15 avril 2013

Histoire(s) de famille

Imre Mandy habite Budapest, dans l'étonnante maison familiale en bois, étrangement posée au bord des rails, à quelques encablures de la gare de Nyugati. Une vie en famille où cohabitent trois générations. De son enfance dans les années soixante-dix à sa vie de jeune adulte vingt ans plus tard, Imre va peu à peu découvrir l'histoire familiale, marquée par les soubresauts de l'Histoire. Entre les excès de boisson de son grand-père, la mélancolie silencieuse de son père, l'émancipation douloureuse de sa sœur, il va tenter de trouver sa place.
Avec un regard attentionné, tout en douceur, sur ses personnages, Alice Zeniter nous fait entrer, par touches successives, dans une histoire familiale ballotée par l'Histoire.

Roman couronné de trois prix : Prix du livre Inter, Prix de la Closerie des Lilas, Prix des lecteurs de l'Express.

Entre amis, nouvelles

nouvelles

Gallimard

17,50
par (Libraire)
15 mars 2013

Portraits croisés

Amos Oz sonde notre humanité, avec ses petits défauts et ses grandes qualités, dans ces formidables portraits croisés, instants de vie et de partage en communauté. Un très beau plaisir de lecture.

Le détour, roman

roman

Gallimard

19,90
par (Libraire)
15 mars 2013

Après "Là-haut, tout est calme", magnifique roman dont nous avions tant aimé la beauté d'écriture, Gerbrand Bakker nous offre, une fois de plus, un roman d'une grande sensibilité. L'auteur Néerlandais porte à ses personnages, à ce qu'ils vivent et à ce qui les environnent une attention de tous les instants. Chaque émotion, chaque sentiment, tout geste et tout objet, et cette nature sous toutes ses formes, la campagne et les montagnes du Pays de Galles révèlent une forte présence au monde. Eblouissant.

ANGLE MORT
19,90
par (Libraire)
12 mars 2013

Beau calibre !

« Je viens de Barcelone et j'ai déménagé autant de fois que le nombre de coups dans le chargeur d'un Beretta 92. Quinze. » Dès la première page d' "Angle mort", le ton est donné. Celui de Diego, profession braqueur, qui ne cesse de jouer avec la mort, ne rêve que de liberté et ne tremble que pour Adriana, sa jeune sœur trapéziste. Jusqu'au jour où un braquage tourne au massacre. Du quai des Orfèvres au canal Saint-Denis, du port de l'Arsenal aux replis secrets d'Aubervilliers, la traque policière est lancée. Mais Diego garde toujours un temps d'avance. Comment piéger celui que rien n'arrête ?

Avec ce roman haletant, Ingrid Astier nous fait entrer avec réalisme dans la vie et la tête d'un braqueur et avec précision au cœur de la mécanique policière. Autant d'angles morts mis en lumière par une intrigue bien calibrée !

Le peintre d'éventail, roman
par (Libraire)
29 décembre 2012

Sublime !

Rompant avec sa vie, les failles et les fantômes qui l'accompagnent, Matabei quitte son métier, ses proches, sa ville de Kobé pour se retirer à Atôra, au Nord du Japon.
Entre mer et montagne, il trouve refuge dans l'auberge tenue par Dame Hison. Au milieu de la nature, porté par le rythme des saisons et de ses promenades dans un jardin extraordinaire, il y fait la connaissance d'Osaki, prodigieux maître jardinier et peintre d'éventail qui transformera sa vie.

Comme le souffle du vent soulève les feuilles des arbres et nous donne à entendre leur bruissement, à voir leur éclat, à distinguer leurs nuances, l'écriture d'Hubert Haddad soulève les mots et la langue, en fait jaillir de page en page la beauté, les vibrations, le relief. Le plaisir de lecture est intense et immense. On se rêve à lire "Le peintre d'éventail" au pied d'un arbre, sous l'ombre d'un feuillage ou lové entre deux branches.

Roman de la sagesse, de l'apaisement, de l'humilité face à la Nature où peindre, jardiner, écrire ou lire, relèvent d’un même geste, "Le peintre d'éventail" emporte le lecteur qui, dans le sillage d'Osaki et de Matabei, en ressort transformé.