Manuel H.

La condition pavillonnaire

Les Éditions Noir sur Blanc

17,00
par (Libraire)
24 août 2014

Entre les murs

La vie de M.-A. serait parfaite si elle n'était aussi banale. Emma Bovary du vingtième siècle, elle aimerait qu'un événement se produise et bouscule sa grise vie construite presque malgré elle, tournant à vide entre les murs du pavillon familial. Mais seul le temps passe et seul l'attendu survient. D'une ironie parfois cruelle, ce roman sans concession interpelle autant son personnage que le lecteur sur nos vies contemporaines, velléitaires et passablement insipides.

Le détroit du Loup

Anne-Marie Métailié

19,00
par (Libraire)
24 août 2014

Plongée nordique

Lieu de transhumance des rennes vers les pâturages estivaux, le détroit du Loup semble être un passage bien dangereux : les morts accidentelles s'y succèdent étrangement. Klemet Nonga et Nina Nansen de la Brigade des rennes, mènent l'enquête au milieu des Samis, peuple d'éleveurs de rennes, face aux appétits prédateurs qu'ouvre une manne pétrolière prometteuse. Dans le printemps lapon qui s'installe, les jours rallongent et les zones d'ombres de chacun s'épaississent, la neige fond et le mystère s'approfondit. Après le formidable et très remarqué « Le dernier Lapon », Olivier Truc, le plus nordique des auteurs français, impressionne une fois de plus : la qualité littéraire, l'intensité narrative, l'épaisseur des personnages, la profondeur de l'intrigue en font un des grands maîtres du roman policier français et … scandinave !

Bois II
16,90
par (Libraire)
24 août 2014

Intense, tendu

Tendu comme un câble d'acier, « Bois II » est le récit d'un affrontement de 24 heures entre un patron séquestré, jeune requin des affaires plus avide de spéculation financière que de production industrielle, et des salariés qui cherchent à sauvegarder leurs emplois et à maintenir localement l'activité. Avec une écriture fluide et concise, Elisabeth Filhol, attentive à tous ses personnages, explore minutieusement de l'intérieur tout ce qui se trame dans ce combat entre un homme et un collectif où la tension, la fatigue, l'anxiété, la colère, les divergences, la difficulté d'agir collectivement peuvent à tout moment tout faire basculer. Creusant avec une beauté narrative les soubassements de tout conflit social, elle met finement à jour et sans jamais perdre le fil du récit, les transformations sociales, politiques et économiques qui bousculent les vies, démunissent les uns, enrichissent les autres...

Viva
17,50
par (Libraire)
24 août 2014

Viva Deville !

C'est le privilège de Patrick Deville de ramener aux lecteurs les époques enfouies, d'en révéler le tourbillon, l'intensité, les soubresauts. Avec force narrative et puissance littéraire, il nous projette dans le Mexique des années trente, à la rencontre des chercheurs d'absolu que sont Léon Trotsky, exilé politique poursuivit par les sbires de Staline, et Malcolm Lowry, s'acharnant dix ans durant à l'écriture de « Sous le volcan ». Rupture politique pour l'un, rupture poétique pour l'autre dans une époque en ébullition où se croisent les figures incandescentes et monstrueuses de talent des peintres Diego Rivera et de Frida Kahlo et celle, énigmatique, du romancier B. Traven. Une danse macabre et joyeuse, aussi créatrice que destructrice, menant chacun au bord du précipice. Envoûtant !

Joseph
13,00
par (Libraire)
24 août 2014

Un coeur simple

« On n'en trouverait plus des gens comme lui qui avait la patience, le goût et le don. »
Joseph est ouvrier agricole dans le Cantal qu'il n'a jamais quitté. Bientôt à la retraite, sa vie paysanne, sa vie d'homme est faite de peu mais de l'essentiel, de l'attention portée aux autres et du soin apporté aux bêtes.
Comme une sculpture sortie de la glaise, la vie de Joseph prend forme peu à peu, au fil d'une narration sobre, élégante, toujours attentionnée, la vie d'un cœur simple, marqué de déchirures qu'il saura surmonter.
Joseph est un roman magnifique et d'une grande acuité sur le monde agricole, un roman subtil aussi sur le langage et sur les expressions toujours prégnantes et fortement évocatrices du monde rural.
Tressant en filigrane des liens avec l'oeuvre de Flaubert et la Normandie, Joseph nous comble et nous réjouit suscitant, la lecture achevée, une grande et belle envie : celle de le relire !