Manuel H.

Le loup / une histoire culturelle

Pastoureau, Michel

Le Seuil

19,90
par (Libraire)
19 novembre 2018

Loup, y es-tu ?

Michel Pastoureau et les éditions du Seuil inaugurent avec le loup une très prometteuse série d'ouvrages sur l'histoire culturelle du bestiaire central européen. Agréablement composé, cet alléchant premier opus déroule l'histoire de nos représentations d'une incontournable figure animale. Passionnant.

Le titre vibre sur une couverture sobre et élégante. L'ouvrage attire immédiatement l'œil. Cela est bien normal car entre l'homme et le loup, il sera question de regards. Celui que Michel Pastoureau propose au lecteur est riche et passionnant. Dans une prose limpide, l'historien déroule la longue frise culturelle qui s'est développée en Europe au cours des siècles autour de la figure du loup. Ces constructions des imaginaires se déploient dans divers formes de récits (fables, contes, romans, traditions et expressions orales, etc.) et par des représentations de toute nature (sculpture, tableaux, miniatures, dessins, etc.) : elles sont les fruits d'époques elles-mêmes soumises à de multiples enjeux historiques, religieux, économiques, écologiques et sociaux. Elles reflètent au final les relations symboliques, toujours riches de leurs contradictions et de leurs ambiguïtés, que nous entretenons avec l'animal et l'animalité.
Une segmentation en douze temps forts éclaire cette histoire des imaginaires du loup. Ce chapitrage rehaussé d'une profitable iconographie donne à comprendre les basculements successifs des différentes représentations qui se succèdent, l'une supplantant la précédente sans jamais la dissoudre complètement. De là surgit la compréhension des relations complexes, souvent tiraillées et contradictoires, que nous entretenons avec la figure du loup. Animal solaire dans les mythologies anciennes, la louve nourricière est la figure tutélaire de Rome sans pour autant y être systématiquement valorisée. Trouvant une place de choix dans le bestiaire du Diable chrétien, la figure du loup est souvent terrassée par les Saints avant d'être ridiculisée et moquée au Moyen Âge sous les traits d'Ysengrin dans le fondateur "Roman de Renart". N'a-t-on alors plus peur du loup à cette époque ou conjure-t-on encore la peur qu'il inspire par le rire ? Figure incontournable et protéiforme des fables et des contes, figure de terreur à l'époque de la bête du Gévaudan, l'image du loup sera retournée au XXe siècle par celle du retour de la louve nourricière dans certaines œuvres pour la jeunesse.
En creusant les imaginaires suscités par le loup, Michel Pastoureau révèle une histoire des hommes et des sociétés, en dévoile les complexités, donne les clés intelligibles des antagonismes contemporains, sortant par le haut de la culture les trop souvent stériles débats contemporains de la relation de l'homme au loup et du loup à l'homme. Faisant œuvre d'historien accessible à tous, il réjouit d'intelligence et de plaisir toutes celles et ceux qui ont une faim (de loup !) de savoirs et de connaissances, offrant par là même le plus beau des cadeaux.

Frère d'âme
17,00
par (Libraire)
1 septembre 2018

Chant

Dans une langue précise, contée, lancinante, récitée comme une fable, David Diop glisse le lecteur dans la tête d'Alfa, tirailleur sénégalais de la Grande Guerre, traumatisé par la mort de son compagnon de combat, son frère de village, son frère d'âme. S'ouvre alors son récit, celui de son enfance villageoise, celui du choc de la guerre et des combats, celui permanent de la culpabilité face à la mort de son ami. C'est un roman dense et intense sur la guerre et ses violences porté par une belle voix romanesque, ciselée et inventive.

Simple
17,50
par (Libraire)
1 septembre 2018

Baoul

Comment donner langue au baoul, l'idiot du village en Corse ? Par une langue inventive, heurtant parfois, drôle et acide, dérangeante aussi avec ses volontaires « accidents » narratifs qui traduisent les dérapages du personnage. Julie Estève réalise bien plus qu'un exercice de style, elle conduit par sa narration au plus proche de l'âme et des émotions d'Antoine, le simplet du village, rejeté par les uns, souffre-douleur des autres avant de devenir le bouc-émissaire de tous. Mais lui les regarde, voit ce monde cruel qui l'entoure, ce village et ses habitants dont il n'est pas le plus dupe ni le moins lucide. Un roman touchant, une belle réussite.

L’hiver du mécontentement
par (Libraire)
1 septembre 2018

Punk

Tirant son titre d'un vers de « Richard III » de Skakespeare, ce roman fait entrer dans l'Angleterre de la fin des années 70, celles des années punk et du proche avènement de Margaret Thatcher au pouvoir. C'est dans ce moment charnière que Candice, jeune femme tente de sortir du marasme familial, économique et social par de petits boulots et par la passion du théâtre. De belle teneur, ce roman social, historique et politique d'un monde en train de basculer est fort intéressant.

Dix-sept ans
20,50
par (Libraire)
1 septembre 2018

Emouvant

Dans ce roman de l'intime familial, touchant et bouleversant, Eric Fottorino explore au plus profond les relations qu'il a entretenues avec celle qu'il n'a jamais pu appeler « Maman »., qui le mit au monde, seule, à Nice, à l'âge de 17 ans. Arpentant et déambulant dans cette ville pour y enquêter, il y découvre par de belles de rencontres ce que fut le drame de sa mère tout autant que celui de sa naissance. Un voile se lève, plein de pudeur, de retenue, de tendresse, d'amour et d'émotions.