Betty D.

Le Dernier des justes (collector 50 ans)
par (Libraire)
20 février 2020

Chef-d'oeuvre littéraire

Comme une parole soudainement libérée, véritable envolée romanesque épique et tragique," Le dernier des Justes" demeure un très grand roman traversant les années et les générations depuis soixante et un ans. Lauréat du Prix Goncourt en 1959, ce premier roman, inoubliable et prégnant pour tout lecteur sensible et avide de grandeur humaine relate l'épopée et la persécution des Juifs en Europe depuis le 12è siècle jusqu'en 1943 tout en esquissant la figure du Juste déclinée par génération dans son courage, sa force, sa foi, sa noblesse et son abnégation. Ce sont des pages magnifiques autour de la lecture et du pouvoir des mots laissant en émoi, un peu égaré l'enfant qui découvre sa soif inextinguible de lecture, tout un monde imaginaire s'offrant à lui, comme s'offre à vous cette nouvelle édition en Points Seuil du chef-d'œuvre d'André Schwarz-Bart.

UN PETIT BISOU ?

Gallimard Jeunesse

10,00
par (Libraire)
19 février 2020

Indispensable

Un petit album absolument charmant pour les petits, les grands et même les très grands à lire et à relire dans tous les sens. Un petit format carré empli de sagesse et de tendresse, à consulter sans restriction par temps de grisaille ou de baisse de moral. Tendre et réjouissant à souhait, sobrement anglais.

Parce que les fleurs sont blanches
par (Libraire)
19 février 2020

Cécité

Gerbrand Bakker est un orfèvre des mots, un sculpteur littéraire hors pair qui sait installer le lecteur confortablement et durablement dans le récit; le saisir et le maintenir dans une tension émotionnelle intense. C'est toujours beau, tragiquement beau, superbement humain.

Vie de Gérard Fulmard
par (Libraire)
19 février 2020

Opportunisme et chantage

Gérard Fulmard est un personnage apparemment ordinaire, enlisé dans une routine tout autant ordinaire, confronté à ses névroses assez banales voire tristement affligeantes et de menus secrets gardés bien au chaud. Vous allez découvrir qu'il réside rue Erlanger à Paris dans le 16e arrondissement, et là, tout se complique car cette rue est pesante de drames, lourde de faits divers ténébreux. Gérard Fulmard s'aventure en opportuniste, tente la témérité et s'engage alors sur un versant visqueux au risque de perdre sa tranquillité. Jean Echenoz réussit un nouveau coup de maître littéraire. Vous partiez presque pour une promenade de santé et paf, vous glissez avec Gérard!

En découdre
par (Libraire)
22 décembre 2019

Monologue précis et intense, une déclaration quotidienne silencieuse formulée à l'intention d'un gardien de musée, une volonté subtile d'en découdre une bonne fois pour toutes, de régler ses comptes avec l'autre, avec soi, avec la société toute entière, de briser toute forme de snobisme et d'hypocrisie. Elégance et subtilité du titre aux multiples sens, une façon de défaire, d'enlever avec méthodes les fils relevés ensemble, une autre façon d'amorcer une conversation, une tentative de blesser, de susciter une réaction, de comprendre comment on en est arrivé là. On pense aussi à Nathalie Sarraute et à Annie Ernaux bien-sûr comme à une perle littéraire.