Betty D.

L'ange de l'oubli

Anne-Marie Métailié

20,00
par (Libraire)
24 août 2015

Face au silence

Roman du trouble et du silence, de la douleur de la minorité slovène persécutée incessamment par les Autrichiens et par les Allemands. Avec sobriété, tout en colère retenue, réfléchie et justifiée, la narratrice évoque la résistance de son peuple, la fermeté des gens de la terre, du labeur âpre et continu, la folie insidieuse qui opère dans les esprits et les silences résolus. Sa voix s'élève, magnifique, par l'apprentissage du langage pour apposer des mots sur ce qui est tu. Les mots qui obsèdent et se dressent face au silence de la terre, des montagnes et du père. La connaissance par le langage est admise et brise les bulles de silence rendant plus douce et poétique la campagne montagneuse, plus tragique la douleur des familles et les persécutions de la guerre.

Villa des femmes
par (Libraire)
17 août 2015

Résistance des femmes

Chaque nouveau roman de Charif Majdalani offre toujours un plaisir de lecture attendu, un voyage au cœur du Liban malmené par des décennies de guerre. Une brèche s'ouvre introduisant le lecteur dans la grande famille du patriarche Hayek, à l'ombre des oliveraies, dans la lumière diffuse du soleil, au temps de sa splendeur jusqu'à sa chute et les combats incessants ravageurs. "Villa des femmes" est aussi le roman de la résistance des femmes luttant pour la sauvegarde du domaine familial, pour la pérennité de leur nom dans un chaos tumultueux et incompréhensible.

Juste avant l'oubli, prix Renaudot des lycéens
par (Libraire)
17 août 2015

Aux frontières de la fiction

Ce roman fascine par ses facettes multiples et les interprétations tout aussi variées qui en découlent. C'est un roman sur l'amour au sens large et dans sa finitude, entre Emilie et Franck, l'amour de la littérature, l'amour d'un auteur pour ses personnages et inversement, la dévotion possible consacrée à un auteur même fictif. Le cadre des îles Hébrides au large de l'Ecosse accentue l'isolement de chacun, autorise l'expression de la solitude d'un être face à l'autre, l'affirmation de soi acharnée contre vents et marées. Ce roman très inventif parcourt les frontières de la fiction et de la véracité, explore les limites de l'amour juste avant l'Oubli et joue prodigieusement avec le lecteur.

Les gens dans l'enveloppe (livre + CD)
par (Libraire)
17 août 2015

Original et touchant

Un roman, un cahier central de photographies, une enquête et un CD réunis en un seul volume. Forcément, naissent l'étonnement et la perplexité, de quoi être fortement intrigué. Isabelle Monnin a le don de raconter des histoires et de très bien le faire. Le roman élaboré à partir d'une série de photographies anonymes achetées sur internet est marqué d'une très belle empathie, identique au déroulement de l'enquête qui suivra. L'auteure sait rester discrète, imagine, observe, et rend ses personnages, imaginaires ou réels, fort sympathiques. La lecture terminée, vous êtes imprégnés d'une certaine douceur et tendresse, heureux d'avoir rencontré ces gens le temps de quelques pages, le temps d'une vie, le temps d'un livre.

Chantiers
par (Libraire)
17 août 2015

L'auteur intime

Texte intime et profondément littéraire qui révèle la puissance de l'auteure. C'est orchestré, maîtrisé, brillant et touchant de confiance et de confidence. Les mots sont ajustés, façonnés et donnent vie et sens, couleur et matière. Il y a les silences, les odeurs, quelques souvenirs prégnants, les gestes besogneux, le retour incessant à la terre, le repli dans les mots, l'accès au savoir. Marie-Hélène Lafon s'expose et dit son identité profonde d'auteure, en douceur, sans nostalgie, avec une grande acuité. L'accomplissement de son œuvre est un chantier perpétuel qu'elle donne à partager, à entendre pour notre plus grand bonheur.