Betty D.

Lucia Antonia, funambule
par (Libraire)
17 août 2013

Simplement magnifique !

Un texte sur la beauté et la fragilité des corps, celles des funambules, sur la mort et le deuil indécents et abrupts. Lucia Antonia est funambule, aérienne, légère, sublime. Elle porte en elle une douleur indicible, le deuil de sa jumelle de fil, sa compagne de spectacle, son double. Elle ne peut le dire oralement, alors elle écrit, des listes. Cente soixante et onze listes de prose poétique qui redonnent vie à sa chère perdue. Le fil est ténu, le lecteur entend la voix silencieuse de Lucia Antonia. C'est simplement magnifique.

Pietra viva
20,00
par (Libraire)
17 août 2013

Intense, somptueux, inoubliable

Roman d'une intense beauté consacré à la création parsemées de mélancolie. En 1505, la réputation de Michelangelo est déjà établie. Il part à Carrare choisir les marbres du futur tombeau du pape Jules II. Bouleversé par la mort d'un jeune moine d'une beauté rare et fascinante, il entame un long voyage introspectif au fil de ses journées acharnées au travail., côtoyant la rudesse des carriers et des villageois. Envahi de mélancolie, porté par la création et son génie de sculpteur, il s'abandonne à une plus douce humanité.
Une sompteuse immersion, tout en discrétion, à l'intérieur des pensées et des émotions contenues de l'artiste, réfléchies par une prose poétique inoubliable. Le lecteur est subjugué.

Le peigne de Cléopâtre
par (Libraire)
17 août 2013

Simplement délectable

"Le peigne de Cléopâtre" piège littéralement et littérairement le lecteur. Vous pensez pénétrer facilement dans l'univers de ces trois amis, vous vous retrouvez à échaffauder, à détourner, à trouver des solutions : vous êtes piégé ! Maria Ernestam a le don du retournement, de l'insolite et des surprises. Comme dans "Les oreilles de Buster", son précédent roman, l'auteure suédoise nous engage au coeur de la culpabilité, du mensonge et de la maltraitance psychologique. Comment exister dans l'usurpation, dans la manipulation ? Simplement délectable, une fois de plus.

Le quatrième mur, Roman
19,00
par (Libraire)
17 août 2013

Profondément émouvant, bouleversant

Superbe et intense idée romanesque pour évoquer l'un des épisodes les plus tragiques et sanglants de la guerre du Liban. : mettre en scène et jouer la pièce de Jean Anouilh, Antigone, pendant deux heures de trêve. Chaque acteur est issu des différentes mouvances confessionnelles du conflit. Deux heures de trêve rêvée et d'oubli, loin du sang, du chaos et du désastre. Georges, metteur en scène, a la lourde tâche d'y parvenir.
Ce roman est profondément émouvant, bouleversant. A travers un prétexte romanesque, sur la forme, Sorj Chalandon nous délivre un secret intime, une faille déchirante et douloureuse. Y a-t-il une issue possible pour soi-même, pour les autres ?

Sauf les fleurs
9,00
par (Libraire)
17 août 2013

Un charme poétique

Il s'agit véritablement d'une petite curiosité littéraire. Elle vaut par le charme poétique de l'écriture, d'associations de mots peu communes qui pénètrent le lecteur et le force d'attention. Derrière le cadre charmant et rude de la vie campagnarde, un lourd secret se terre et se tait. Les bêtes silencieuses abritent les corps et les coeurs meurtris. Rares instants d'apaisement avant et après la violence fougueuse du père. Jusqu'où cela ira-t-il ?