Betty D.

Petit Piment
par (Libraire)
17 août 2015

Savoureux !

"Petit Piment" est un savoureux mélange de joyeuseté et de gravité. Alain Mabanckou y déploie toute son habileté littéraire dans les rues de Pointe Noire au Congo avec le personnage de Petit Piment, jeune orphelin dégourdi et malicieux. C'est une relation à l'Afrique et de l'Afrique, grave, facétieuse et lumineuse qui stimule l'imaginaire du lecteur. C'est un enchantement littéraire fait de situations désastreuses traversées par Petit Piment aussi bien que cocasses et insolites, drôles. Petit Piment est un personnage attachant, épris de liberté et d'affection qui lui manquent cruellement. sachant toujours rebondir, plein de vivacité et de lumière.

Dans les eaux du lac interdit
par (Libraire)
17 août 2015

Un petit bijou littéraire

Fable contemporaine au charme slave, poétique, musicale, rude et tragique. Derrière l'immensité et la beauté des steppes kazakhes se dissimule la beauté miroitante et glaçante du lac funeste, celui de la Zone. Le bleu n'est qu'apparence, insondable et faussement tranquille. Le danger mortel n'est pas perceptible, la tentation est grande de s'y plonger. Le mystère est tu, le secret bien gardé. La puissance nucléaire soviétique n'a pas de limites, lancée dans une course effrénée, toujours sublimée. Le petit Yerzhan ne se sait pas sacrifié, il éprouve sa jeunesse, son talent de violoniste surdoué au sein de sa communauté dans ce village retiré du monde, à l'abri des regards extérieurs. Dans cette contrée imaginaire, presque surnaturelle, mais ô combien réelle, le lecteur est fasciné, troublé. Le rêve et la poésie s'emboîtent, glissent vers le drame avéré. La folie exacerbée des hommes l'emporte toujours sur la candeur et les rêves de l'enfance. Petit bijou littéraire de cette rentrée.

Profession du père
par (Libraire)
17 août 2015

Figure du père

Roman abrupt et cathartique : une urgence , un seul souffle narratif. Et pourtant, le lecteur reste stupéfait devant tant de maîtrise intérieure, de blessures intériorisées et découvre ce texte longtemps porté, réfléchi comme s'il avait été déjà là bien avant les précédents romans. La figure du père omniprésente, traumatisante et intacte. Sorj Chalandon ne juge pas, il dévoile intimement l'art de la séduction, de la manipulation, la maltraitance physique et morale. Ce texte est tissé de silences, de solitudes et d'incompréhensions tout en interrogeant une irrépressible fascination devant l'autorité unilatérale et les mensonges grossiers et fantasques. Il faut lire ce roman, de toute urgence.

Le coeur du problème

Éditions de L'Olivier

17,00
par (Libraire)
17 août 2015

Un homme embarassé

Situation embarrassante de rentrer un soir chez soi et de trouver un cadavre inconnu allongé dans le salon. Simultanément, Simon expérimente la rupture inopinée avec son épouse. Double embarras. Le lecteur pénètre peu à peu au cœur du problème, Simon également. Très lentement. Il va lui falloir décider, envisager, trouver des solutions, peut-être mentir par omission, affronter le silence, la solitude et surtout le fait d'être lui-même. Un homme seul, encombré, embarrassé. Tout devient soudainement compliqué. Est-ce que tout d'ailleurs n'était pas déjà compliqué dès le départ ? Un roman teinté de noir fort malicieux et drolatique qui révèle une fois de plus tout le talent de Christian Oster.

Fable d'amour
par (Libraire)
17 août 2015

Une fable lumineuse et mélancolique

Second volet d'une trilogie annoncée, "Fable d'amour" évoque les méandres du sentiment amoureux, une étrange histoire d'amour entre un vieil homme solitaire, reclus du monde et une jeune femme merveilleuse dans sa splendeur, sa féminité et sa vitalité. Après "La petite lumière", l'auteur explore les affres de l'âme humaine confrontées à un sentiment impérieux, celui de l'amour, celui du désir, de la nécessité absolue d'être reconnu, perçu, aimé au-delà de la vie et de la mort. Les passerelles sont tissées, l'amour est admis mais engendre le tumulte intérieur, bouleverse la solitude forcenée et ravage les cœurs et les corps. C'est une belle fable, aussi lumineuse que mélancolique exprimant toute la lucidité de son auteur face aux humains, à leurs souhaits, à leurs renoncements.