Betty D.

Le dernier seigneur de Marsad
par (Libraire)
17 août 2013

Tragique et sublime

Quelques vingt-cinq années de l'histoire tragique et tumultueuse du Liban évoquées magistralement par Charif Majdalani. Le dernier seigneur de Marsad, celui qui cherche à perpétuer son clan, à transmettre, vouant son existence à stabiliser ce qui ne peut l'être. La complexité des guerres intestines et fratricides, religieuses et claniques est révélée à l'entendement. C'est une fable, tragique, malheureusement réelle portée sublimement par la fiction et la littérature.

Décompression
21,50
par (Libraire)
17 août 2013

Sous haute pression

Dans un huis-clos maritime, au coeur de la plongée et des fonds sous-marins, Juli Zeh analyse violences latentes et manipulation. L'île de Lanzarote semble être le cadre propice, coupé du monde, paysage de lave et d'eau mêlées pour y instaurer un climat de méfiance, de défiance et de duplicité. Sous la folie envahissante des personnages, qui manipule qui ? Une séduction perverse, une ambiance délétère s'imposent peu à peu. La douceur des îles Canaries est lointaine. Qui est finalement coupable ? Etait-ce simplement un cauchemar ?
Juli Zeh réussit brillamment à instaurer un climat de tension et de pression surprenant. Le lecteur est dérouté mais ne peut s'empêcher avec avidité de laisser l'angoisse s'infiltrer et se réjouit d'être tenu en haleine.

Lutte des classes

Les Éditions Noir sur Blanc

19,00
par (Libraire)
17 août 2013

Désespérement magnifique

"Lutte des classes" est un roman social puissant, au style aiguisé se déployant dans l'Italie contemporaine en pleine perdition. Quatre protagonistes, quatre morceaux de vie meurtris par l'implaccable société, réunis malgré eux dans une lutte vitale, une lutte des classes sans merci et peut-être sans avenir. Le modèle typiquement américain de "Barbie" broie l'individu, le submerge à tout niveau, l'ensevelit pour finir par nier toute individualité, toute humanité. Demeurent une survie quotidienne, un combat à mener contre le tout puissant empire de consommation et le matérialisme outrancier. Désespérément magnifique.

Le nom du fils
par (Libraire)
21 mai 2013

A l'instar de William Faulkner et de Cormac MacCarthy, Ernest J. Gaines demeure un auteur incontournable de la littérature américaine du vingtième siècle. C'est l'Auteur de la condition des Noirs américains quelles que soient les périodes traversées.
En Louisiane, en 1970, la ségrégation n'est pas terminée. Insidieuse, elle perdure et continue de briser des familles entières. Magnifique roman autour de la filiation, autour de la douleur, autour du doute, dans la foi, dans le combat, dans les siens.

Le coeur régulier / roman, roman
par (Libraire)
20 avril 2013

Paysages intérieurs

Depuis la mort de Nathan, son frère tant aimé, Sarah se sent de plus en plus étrangère à sa vie, jusque-là « si parfaite ». Le coeur en cavale, elle s’enfuit au Japon et se réfugie dans un petit village au pied des falaises.
Nathan prétendait avoir trouvé la paix là-bas, auprès d’un certain Natsume. En revisitant les lieux d’élection de ce frère disparu, Sarah a l’espoir de se rapprocher, une dernière fois, de lui. Mais c’est sa propre histoire qu’elle va redécouvrir, à ses risques et périls.
Grâce à une écriture qui fait toute la place à la sensation, à l’impression, au paysage aussi bien intérieur qu’extérieur, Olivier Adam décrit les plus infimes mouvements du coeur et pose les grandes questions qui dérangent.