Conseils de lecture

Patagonie route 203
22,50
par (Libraire)
21 septembre 2020

Sur la route

Touchant, cocasse, absurde, plein de fantaisies et d'inattendu, ce voyage romanesque conduit sur les routes de Patagonie. Sortant de tous les clichés, il en révèle l'essence, la grande beauté et l'immense désolation.


Le dit du mistral
19,00
par (Libraire)
21 septembre 2020

De profonds et facétieux imaginaires

De quoi sommes nous faits si ce ne sont des histoires que l'on nous raconte, des mythes qui viennent du plus profond des temps, des légendes qui nous pétrissent et nous attachent à un lieu, une terre, un paysage, un vent ? C'est à cet endroit de la Provence, du Luberon et du Mont Ventoux que souffle à nos oreilles « Le Dit du Mistral », s'emparant des légendes pour les réinventer. D'où viennent ces étranges trompes de céramique que découvre le narrateur au détour d'un champ ? Une histoire en entrainant une autre, on se délecte de ce premier premier roman plein d'inventivité, de créativité, d'originalité qui joue avec de profonds et facétieux imaginaires.


Nature humaine
21,00
par (Libraire)
21 septembre 2020

Un monde moderne

De la sécheresse de 1976 à la tempête de 1999, "Nature humaine" radiographie 25 années de l'évolution de notre société de consommation et celle du monde paysan pris en étau entre le maintien de pratiques familiales et traditionnelles et les logiques de rentabilité financières que l'agro-industrie cherche à imposer. Face aux injonctions de modernité, Alexandre, jeune agriculteur, seul de sa fratrie à reprendre l'exploitation familiale, hésite entre soumission et révolte. L'amour serait-il la voie vers la liberté ? On se laisse emporter avec grand plaisir dans la narration, les personnages, les situations parfois cocasses et le sens de la formule et de l'humour de Serge Joncour qui nous projette dans ce tableau révélateur de notre société et de nous-mêmes.


Histoire du fils
15,00
par (Libraire)
21 septembre 2020

Un fils buissonnier

Dans un style toujours aussi délicat, sobre et précisément ciselé, Marie-Hélène Lafon tisse une histoire familiale touchante et inattendue, dresse le portrait d'une mère singulière et indépendante, d'un père absent et d'un fils buissonnier grandissant au milieu de ses cousines comme des sœurs et de son oncle et de sa tante qui le chérissent comme leur propre fils. Loin du tragique, c'est le bouillonnement de la vie qui surgit et illumine ce récit fait d'allers et retours temporels qui interrogent subtilement les liens de parenté. Un doux plaisir de lecture.


Notre dernière sauvagerie / récit
19,00
par (Libraire)
21 septembre 2020

Vive l'ensauvagement !

Saviez-vous que nous étions tous des sauvages ? Que nous tous, lecteurs que nous sommes, vivions l'ultime et dernière sauvagerie ? Et quelle est cette dernière sauvagerie que nous partageons furieusement ? Et bien c'est la lecture.
Dans un texte hybride, entre récit et essai, Eloïse Lièvre raconte comment, à un moment déclencheur de sa vie, elle décide de photographier des voyageurs en train de lire dans le métro. Elle nous donne à lire ces portraits de lecteurs, ces portraits de livres, ces mains qui tiennent les livres. On va découvrir peu à peu son féroce et compulsif attachement aux livres et aux bibliothèques sous des angles multiples et variés, plaisants, précis et détaillés : les sensualités du livre, les façons infinies de le tenir entre les mains, de le maltraiter ou d'en prendre soin, de le ranger ou pas, de le lire ou pas, tout ce qu'il représente, combien il compte, ce qu'on laisse à l'intérieur, à quel point il se mêle et s'entremêle à notre vie, à quel point il est une intimité. Il y est aussi question des livres accidentés, ceux qu'on abîme sans le vouloir comme cet exemplaire des « Années » d'Annie Ernaux tombé dans la baignoire de la narratrice. Je vous laisse découvrir le magnifique sauvetage que la narratrice en fera ! Voici donc un texte surprenant pour tous les amoureux des livres et tous les sauvages de la lecture que vous êtes !