Conseils de lecture

Turbulences
16,00
par (Libraire)
1 mai 2020

Trous d'air

Un tour du monde en douze vols et en douze portraits pour raconter douze histoires humaines parsemées de turbulences, de trous d'air, de parcours chaotiques, de troubles émotionnels, d'amours brèves et d'inquiétudes propres à chacun. Voyages faussement tranquilles, histoires de vies entremêlées d'un pays à l'autre, fragments d'existence décortiqués, une fine observation des caractères et des comportements. La narration est puissante, énergique et n'accorde pas de répit au lecteur, sauf à l'atterrissage, au point final.


DE LA FORET

Banerji B B.

Zulma

22,00
par (Libraire)
1 mai 2020

Feuillages et émerveillement

Texte au charme désuet, poétique et dépaysant, d'une singulière modernité puisqu'il a été rédigé entre 1937 et 1939 par ce grand auteur de la littérature bengalie. C'est une belle réflexion offerte autour de l'écologie et de la nécessité de vivre harmonieusement avec l'environnement et la nature parmi ses richesses et sa luxuriance. Au cœur de la jungle indienne, vous pénétrez sur un territoire encore intact, à peine conquis par les mains humaines. Au fils des pages et des années écoulées, au fil de la répartition des terres entre les métayers, les propriétaires fonciers optent pour un défrichement massif et l'appât du gain toujours désiré. Le narrateur partagé entre ses obligations professionnelles et une naïveté touchante constate alors amèrement les ravages occasionnés pour la subsistance de ses compatriotes au détriment de la faune et de la flore.


Le bois

Brouwers, Jeroen

Gallimard

22,00
par (Libraire)
20 avril 2020

Silence et stupeur

Dénonciation d'un régime de terreur, de violences, de maltraitances physiques et psychologiques, sexuelles, perpétrées au coeur d'un pensionnat franciscain en 1953 géré par des moines soumis et serviles. Derrière les règles de Saint François qui imprègnent le quotidien, toute une microsociété autoritaire et silencieuse opère sous le règne d'un seul homme tortionnaire agissant en référence au régime nazi. Sous l'emprise de la terreur et de la peur, les silences se font plus lourds et les délations très actives. Face à cette hypocrisie et au silence insidieusement répandus, il semble difficile de mener à bien une forme de résistance. Entre lâcheté, inaction et culpabilité, agité d'une soudaine lucidité et armé de courage, un moine tente de rompre le cycle infernal des sévices et des supplices. Y parviendra-t-il? Quand cesseront enfin les crimes et les actes pédophiles au sein des communautés religieuses?


L'usage du monde
11,50
par (Libraire)
20 avril 2020

Invitation au voyage

Comment voyager sans quitter sa chambre, autour de sa chambre? En ces temps de confinement, comment pénétrer ces terres et ces régions du monde, aller à la rencontre de l'autre avec un minimum de moyens mais animé d'une immense curiosité? Comment aller quêter le sublime et l'inaccessible depuis la Suisse jusqu'en Afghanistan? Tout simplement en lisant ou en relisant "L'usage du monde", trésor de la littérature de voyage, pépite philosophique et anthropologique, bonheur du langage. Lente et heureuse dérive entre 1953 et 1954 parcourue de lucidité, de poésie et d'humilité. Une humilité qu'il est parfois bon de reconnaître face à la nature grandiose et nos orgueils humains. Inutile carte d'embarcation, un seul livre suffit.


Sous les eaux noires
21,50
par (Libraire)
20 avril 2020

Une famille peu ordinaire

Avec ce nouveau roman aussi noir et envoûtant que le premier "Bent Road", l'auteure recrée un spectre littéraire familial et sordide sans jamais sombrer dans une atmosphère glauque. Fluides, les mensonges et les non-dits règnent tout puissants au sein de la demeure tandis que derrière la façade lisse, blanche et apparemment structurée perdurent une violence sourde et un tumulte psychologique permanent et angoissant. La cruauté comme un maléfice inéluctable et la vengeance seraient-elles transmissibles d'une génération à l'autre? La peur inquiète, persiste; elle est tenace. Les fantômes affleurent l'eau noire et ténébreuse, se nichent derrière les portes...